Magazine

De la course au trail

By  | 

Comment passer sans risques de la route au trail ?

La course à pied se porte très bien ! Si de plus en plus de coureurs foulent le bitume, de plus en plus de coureurs plébiscitent aussi les parcours beaucoup plus accidentés des épreuves en nature, les fameux trails.
On exagère un peu et même beaucoup mais quand on demande aujourd’hui à un coureur ce qu’il prépare, c’est tout juste s’il ne vous répond pas qu’il est passé au trail. Un trail ? Nom anglais signifiant « sentier », tout simplement. Pas si simple, toutefois, car les trails au programme de votre calendrier de courses sont davantage tracés sur des parcours accidentés, faits de montées et de descentes, que sur des sentiers plats. Vous le savez, il y a aujourd’hui une très grande diversité de trails. Cela va des courses de 15 à 30 km aux trails ultra-longs de plus de 100 km, comme le fameux Ultra-Trail du Mont Blanc (160 km) ou la prestigieuse Diagonale des Fous, à la Réunion, qui vous propose 173 km et 10 000 m de dénivelé positif ! Né aux Etats-Unis, comme le jogging et la course sur route, le trail a commencé à déferler sur la France en 1995, la Grande course des Templiers, organisée sur le plateau du Larzac, donnant le vrai signal du départ. A présent, consultez votre calendrier des courses : vous avez l’embarras du choix. Les trailers débutants ne vont pas jeter leur dévolu, d’entrée de jeu, sur l’UTMB cité plus haut. Heureusement, les trails courts ou moyens ne manquent pas !
À lire dans Blue Run n°3